MozFR

Mozilla : les documents sur la confidentialité des données en français

Shon Ejai : cadenas à cœurMozilla propose désormais en français un ensemble de textes relatifs à la vie privée et à la confidentialité des données de ses utilisateurs.

À commencer par le Manifeste de Mozilla qui a été traduit en français depuis l’origine et qui cite la vie privée aux côtés de la sécurité :

Principe n°4

La sécurité et la vie privée de chacun sur Internet sont fondamentales et ne doivent pas être facultatives.

La politique de confidentialité de Mozilla était déjà en français, comme la politique de confidentialité de Firefox qui est un des onglets ouverts lors du premier démarrage du navigateur de Mozilla. L’avis de confidentialité relatif aux sites web est aussi disponible en français.

Mozilla met aussi à disposition des utilisateurs et utilisatrices ou potentiels uniquement des documents plus didactiques tels qu’une FAQ de Mozilla sur la protection des informations personnelles répondant à une certain nombre de questions fournissant des liens vers des tutoriels de l’assistance de Mozilla, elle aussi traduite en français par nos bénévoles. Vous apprendrez ainsi que « Mozilla n’achète ni ne vend de données qui vous concernent ».

Un autre document qui va à l’essentiel en présentant les principes de protection des informations personnelles que nous pouvons reprendre intégralement :

Principes de protection des informations personnelles

Les cinq principes suivants proviennent du Manifeste de Mozilla et expliquent comment nous :

  • développons nos logiciels et services
  • gérons les données des utilisateurs que nous collectons
  • sélectionnons et interagissons avec nos partenaires
  • définissons notre politique publique
  1. Zéro surprise

    Utilisons et partageons les informations de façon transparente et bénéfique pour l’utilisateur.

  2. Contrôle par l’utilisateur

    Développons des logiciels en favorisant les bonnes pratiques qui permettent à l’utilisateur de contrôler sa vie numérique et le partage de ses données.

  3. Données limitées

    Collectons ce dont nous avons besoin, anonymisons là où nous le pouvons et supprimons les données dès qu’elles ne sont plus utiles.

  4. Paramètres raisonnables

    Accordons autant d’importance à la sécurité qu’à l’utilisabilité.

  5. Sécurité renforcée

    Maintenons des contrôles et politiques de sécurité sur plusieurs niveaux, dont la plupart sont vérifiables publiquement.


Enfin, pour essayer d’être les plus complets sur le sujet, nous vous avons traduit l’article de Dave Camp du blog Firefox Nightly News sur la protection de votre vie privée dans les préversions de Firefox :

La protection de votre vie privée dans les préversions de Firefox

Par principe, nous avons conçu Firefox pour qu’il fonctionne sans collecte d’information aussi bien sur les personnes qui l’utilisent que sur leurs habitudes de navigation. Ce mode de fonctionnement est la bonne chose à faire, mais il complique la déduction de ce que les utilisateurs font et veulent afin d’améliorer le navigateur et ses fonctionnalités. Nous avons besoin de cette information pour rester dans la course, mais nous devons le faire d’une manière qui respecte la vie privée de nos utilisateurs. C’est pourquoi l’expérimentation dans nos canaux de préversions tels que Nightly, Beta et Developer Edition est si cruciale.

Les versions finales ne nous donnent qu’un aperçu partiel, mais les préversions nous aident à avoir une vue d’ensemble

L’un des résultats du projet de télémétrie unifiée, que nous avons terminé en septembre dernier, est de rationaliser la collecte de données à mesure de son déroulement dans les différents canaux de Firefox. Dans le cadre de ce projet, nous avons créé quatre catégories de données : la catégorie 1 des « données techniques », la catégorie 2 des « données d’interaction », la catégorie 3 des « données d’activité web » et la catégorie 4 des « données hautement sensibles » qui comprend les informations permettant d’identifier une personne. Ces catégories concernent toutes les collectes de données dans Firefox, y compris la télémétrie (données que Firefox envoie à Mozilla par défaut) et les études Shield (un programme de Mozilla qui permet de tester des fonctionnalités et idées sur un petit nombre d’utilisateurs de Firefox).

Le canal de diffusion principal de Firefox que des centaines de millions de personnes utilisent nous envoie par défaut les données de catégories 1 et 2 (données techniques et d’interactions). Les données d’interaction sont particulièrement utiles pour comprendre comment les gens interagissent avec les menus, les instructions, les fonctionnalités et les fonctions de base du navigateur. Comme ces données de télémétrie sont limitées, elles ne suffisent pas pour prendre des décisions éclairées.

C’est pourquoi nous comptons sur nos canaux de préversion pour recueillir, au besoin, des données supplémentaires sur les activités web de catégorie 3 ou lancer des études sur des fonctionnalités particulières ayant des propriétés spécifiques en matière de vie privée. La collecte de ces informations est essentielle pour que nous puissions comprendre l’impact réel des nouvelles idées et technologies sur un public limité avant de les déployer chez tous les utilisateurs de Firefox.

Même lorsque nous recueillons ou partageons des données dans les préversions, la protection de la vie privée est notre priorité

Toute nouvelle collecte de données dans Firefox doit passer par un processus rigoureux. Les pratiques de lean data que nous suivons signifient que nous minimisons la collecte, sécurisons les données, limitons le partage des données, expliquons clairement ce que nous faisons et fournissons des moyens de contrôle aux utilisateurs. Par exemple, les études Shield sont des études hebdomadaires en préversion qui répondent à des questions spécifiques en utilisant le minimum de données nécessaires sur le plus petit échantillon pertinent. Chaque étude est examinée et approuvée par un spécialiste des données, un ingénieur en assurance qualité et un peer de Firefox. La majorité des études collectent des données des catégories 1 et 2, mais, pour tout ce qui est sensible, l’approbation supplémentaire de nos équipes juridiques et confiance est requise.

Nous ne compromettons pas nos principes lors de nos collaborations avec des partenaires. Les menaces sur la vie privée et la sécurité évoluent et nous aussi afin de protéger nos utilisateurs. Cela implique de créer des partenariats avec d’autres pour nous fournir une expertise que nous n’avons pas. Nous exigeons de nos partenaires qu’ils respectent les même standards en matière de vie privée et de responsabilité que nous nous sommes fixés.

Quelle est la prochaine étape ?

La politique de confidentialité de Mozilla a toujours indiqué que les préversions ont des caractéristiques différentes pour la confidentialité, mais nous allons la mettre à jour pour clarifier ce que cette particularité veut dire. Nous ferons la même chose sur les pages d’accueil des préversions, parce toute personne qui n’est pas à l’aise avec la collecte ou le partage de données supplémentaires devrait plutôt télécharger la version finale de Firefox.

Nous sommes profondément reconnaissants envers notre communauté d’utilisateurs des préversions qui endurent des versions instables, signalent les problèmes et fournissent les données nécessaires. En fin de compte, ce sont ces utilisateurs et utilisatrices passionné·e·s qui nous permettent d’offrir un meilleur produit à tout le monde, avec moins de collecte de données sur le long terme.



Traduction et relecture : Mozinet, Vincent, ksad, Hellosct1, Janus, Goofy et anonymes

Crédit illustration : Shon Ejai via Pixabay sous licence CC0 – domaine public.

Jouez les détectives !!!

jouer les detectives La campagne mondiale Devenez un détective de l’entonnoir obscur ! vient de commencer. Elle se déroule du 17 au 24 septembre et vous pouvez y participer. Mozilla voudrait comprendre d’où viennent les téléchargements de Firefox pour agir afin de protéger les utilisateurs et utilisatrices et leur assurer une expérience de qualité. Ainsi, elle a besoin de vous pour jouer les détectives et trouver les intrus.

Le constat est le suivant :

Jusqu’à présent, nous savons que 30 % des installations de Firefox proviennent du site officiel de Mozilla ou de partenaires connus. Les 70 % restants proviennent de sources de téléchargements mystères que nous appelons « l’entonnoir obscur ». Certains sont des sites amicaux, mais d’autres mettent les utilisateurs en danger d’obtenir de vieilles éditions, une mauvaise expérience ou même des installations malveillantes.

Les recherches

La participation à la campagne se déroule en 3 étapes :

ÉTAPE 1 : rechercher sur le Web

Vous lancez votre moteur de recherche favoris et utiliser différentes combinaisons de mots-clés pour trouver des sites proposant de télécharger Firefox sans aller sur le site officiel de Mozilla. Même si un site affiche « Mozilla », il peut encore faire partie de la liste des intrus.

ÉTAPE 2 : les résultats

Les résultats proposés par votre moteur de recherche contiennent de nombreux sites internet. Il est important de les explorer tous pour trouver des boutons de « téléchargement non officiel de Firefox ». Ainsi, si vous découvrez que le lien de téléchargement ne redirige pas vers www.mozilla.org ou ses sous-domaines, faites un signalement.

ÉTAPE 3 : signaler le site Web

Utilisez le formulaire de la campagne pour documenter les sites intrus, la façon dont vous les avez trouvés et ce que vous avez découvert.

Enfin, pour illustrer le processus, vous pouvez regarder cette vidéo :

Become a Dark Funnel Detective! (4 min 05) sur YouTube


Quel type de détective serez-vous ?


@hellosct1

Précédent article : Pourquoi nous avons besoin d’une meilleure protection contre le pistage

Mozilla réagit au vote du Parlement européen approuvant la réforme du droit d'auteur

Vote du Parlement européen sur la directive copyrightPar Raegan MacDonald sur le blog Open Policy & Advocacy de Mozilla

Aujourd’hui est un triste jour pour Internet en Europe. Les législateurs siégeant au Parlement européen viennent de voter pour tourner le dos aux principes clés sur lesquels Internet a été construit : l’ouverture, la décentralisation et la collaboration.

Les eurodéputés ont donné un feu vert aux nouvelles règles qui obligeront les services en ligne à mettre en œuvre des filtres globaux pour les mises en ligne de contenus, une mesure grossière et inefficace qui pourrait bien signifier la fin du riche tissu créatif des mèmes internet, des mashups et des GIF qui rendent si formidable la culture internet. Le vote du Parlement a aussi approuvé la « link tax » (taxe sur les liens) qui va saper l’accès à la connaissance et au partage de l’information en Europe.

Nous sommes reconnaissants pour les efforts de beaucoup d’eurodéputés qui ont essayé de trouver des solutions viables qui auraient corrigé les graves défauts de cette proposition. Malheureusement, la majorité a repoussé ces solutions constructives et l’Internet ouvert que nous tenions pour acquis ces 20 dernières années est appelé à se transformer en quelque chose de bien différent en Europe.

Le combat n’est pas encore terminé. Les législateurs doivent encore finaliser les nouvelles règles et Mozilla fera tout ce qui est en son pouvoir pour parvenir à une réforme moderne qui protège la santé de l’Internet et promeuve les droits des utilisateurs. Il y a tout simplement trop en jeu pour ne pas le faire.



Mozinet

Précédent article : Réforme européenne du droit d’auteur : les faits

Illustration ajoutée à la traduction : Parlement européen.

Réforme européenne du droit d'auteur : les faits

copyright et EuropeRaegan MacDonald et Owen Bennett sur le blog Open Policy & Advocacy de Mozilla

Mercredi 12 septembre, les députés européens vont procéder à un vote décisif sur les nouvelles règles en matière de droit d’auteur qui pourrait fondamentalement abîmer Internet en Europe. En cas d’adoption, les nouvelles règles obligeraient les services en ligne à surveiller et filtrer universellement les contenus que les utilisateurs publient en ligne. Avant le vote, nous souhaitons mettre les faits au clair et expliquer exactement ce que ces nouvelles règles signifieront pour l’ouverture et la décentralisation en Europe.

FAIT : les nouvelles règles sur le droit d’auteur proposées feront du tort à la communauté open source.

Les filtres obligatoires lors de la mise en ligne et les dispositions sur les contrats de licence en matière de droit d’auteur de l’article 13 sont impraticables pour les entreprises de logiciels open source telles que Mozilla, et pour l’écosystème open source en général. Les obligations concernent toutes les formes de contenu protégé par le droit d’auteurs, dont les logiciels. En effet, les coûts et les risques juridiques associés à ces nouvelles règles vont pousser les plus petits développeurs de logiciels open source à la porte de l’Europe et menacer les plateformes de partage de code (p. ex. GitHub) sur lesquelles ils reposent pour innover. La nature fluide de la technologie et du développement logiciel implique que toute exception – par exemple pour les plateformes de développement logiciel – risquerait toujours de créer un environnement à haut risque.

FAIT : les nouvelles règles sur le droit d’auteur proposées auront un impact négatif sur le vécu des internautes.

Lorsque les internautes veulent partager un mème internet ou un film amateur dans lequel une musique de fond est audible, ou même une photo d’eux portant un T-shirt avec imprimée dessus la couverture d’un album, leur service préféré peut bloquer la mise en ligne de leur contenu. Quelle que soit la taille du service internet, il sera forcé de mettre en œuvre une technologie de filtrage automatique, supprimant probablement tout ce qui pourrait sembler porter atteinte au droit d’auteur, sans tenir compte du fait que l’utilisateur ait le droit ou la permission d’utiliser le contenu. Étant donné le rôle crucial que joue Internet dans la vie quotidienne des citoyens, l’impact sur la créativité, la communication et la liberté d’expression d’un tel filtrage serait évident.

FAIT : les nouvelles règles sur le droit d’auteur proposées conduiront à une surveillance directe des activités des utilisateurs en ligne.

L’article 13 exige que les services en ligne construisent ou achètent une technologie spécifique pour surveiller et classer par catégorie chaque téléchargement d’utilisateur. À l’heure où l’UE fait preuve de leadership mondial en matière de respect de la vie privée et de protection des données, il est profondément regrettable que les législateurs cherchent néanmoins à codifier un régime qui obligerait les fournisseurs de services à surveiller l’activité des internautes européens avec encore plus de vigueur.

FAIT : les nouvelles règles sur le droit d’auteur proposées auront un impact négatif sur les créateurs indépendants.

L’article 13 sera utilisé pour restreindre la liberté d’expression et le potentiel créatif des artistes indépendants qui comptent sur les services en ligne pour atteindre directement leur public et contourner les rigidités et les limites de l’industrie du contenu commercial. Malheureusement, la lutte pour cette législation a été analysée comme celle des détenteurs de droits géants contre les plateformes en ligne géantes. Mais en réalité, les véritables victimes seront les créateurs et les fans eux-mêmes. Ironie du sort, les réalisateurs, les acteurs, les auteurs-compositeurs et les artistes qui bénéficient de la viralité du partage de leurs créations sont maintenant dressés contre leurs fans, qui sont en fait le marketing le plus efficace auquel les artistes peuvent rêver.

FAIT : les services en ligne les plus petits – et non les plateformes géantes – seront les plus touchés par les nouvelles règles.

En plus de son impact sur l’expérience de l’utilisateur, cette législation aura un autre impact plus insidieux : elle renforcera la puissance des plus grandes plateformes en ligne. Seules quelques-unes des plus grandes entreprises technologiques disposent des moyens techniques et financiers pour assurer l’exploitation des systèmes de filtrage tentaculaires que cette loi exige. Ironie du sort, les entreprises visées par cette loi filtrent déjà le contenu et auront donc un avantage concurrentiel vis-à-vis de leurs petits concurrents et de leurs start-ups, qui devront investir massivement pour se conformer à la loi. En outre, les plus grandes plateformes disposent également des ressources et de l’influence nécessaires pour mettre en place des défenses juridiques lorsque les plus importants ayants droit commerciaux cherchent à supprimer du contenu pourtant légal. Ce n’est pas une option pour les petits acteurs qui seront confrontés à un enjeu de taille en matière de risque juridique.

Nous encourageons toute personne partageant ces préoccupations à contacter les membres du Parlement européen. Vous pouvez les appeler directement via changecopyright.org.


Article mis à jour avec la date du vote.


Traduction et relecture : Mozinet, Janus Watilin et anonymes

Aller plus loin

Nos articles sur la réforme du droit d’auteur

Tous nos articles traitant du droit d’auteur

La directive sur le droit d’auteur inquiète la fondation Wikimedia – 5 sept. 2018 – Thierry Noisette – L’Obs

Directive copyright : le Conseil national du logiciel libre et l’April pointent le cas des forges logicielles – 10 sept. 2018 – Thierry Noisette – ZDNet

Tribune : Copyright numérique : stériliser pour mieux tuer – 9 sept. 2018 – Eric Guichard philosophe, responsable de l’équipe réseaux, savoirs et territoires de l’ENS-Ulm, maître de conférences HDR à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) , Nicolas Schabanel informaticien, directeur de recherches au CNRS, Laboratoire de l’informatique du parallélisme (LIP), ENS-Lyon, membre de l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI) – Libération

How the EU’s Copyright Filters Will Make it Trivial For Anyone to Censor the Internet – 11 sept. 2018 – Cory Doctorow – Electronic Frontier Foundation

Not In Our Name: Why European Creators Should Oppose the EU’s Proposal To Limit Linking and Censor The Internet – 10 sept. 2018 – Cory Doctorow – Electronic Frontier Foundation

Pourquoi nous avons besoin d'une meilleure protection contre le pistage

Protection contre le pistage dans FirefoxPar Steven Englehardt sur le blog Sécurité de Mozilla

Mozilla a récemment annoncé un changement dans son approche de la protection des utilisateurs et utilisatrices contre le pistage. Cette annonce est le fruit de recherches approfondies, à la fois internes et externes, qui montrent que les utilisateurs et utilisatrices ne maîtrisent pas les données qu’ils ou elles utilisent en ligne. Dans ce billet, j’explique pourquoi nous avons choisi de poursuivre une approche de blocage du pistage par défaut.

Les gens sont mal à l’aise avec la collecte des données qui se fait sur le Web. Les actions que nous entreprenons sur le Web sont extrêmement personnelles et nous avons pourtant que peu de possibilités pour comprendre et contrôler la collecte des données survenant sur le Web. En fait, les recherches ont montré à maintes reprises que la majorité des gens n’aiment pas la collecte de données personnelles pour de la publicité ciblée et qu’ils trouvent la collecte des données envahissante, effrayante et inquiétante.

Les données collectées par les traqueurs peuvent causer de véritables préjudices, notamment en permettant de la publicité politique polémique ou en influençant les décisions des sociétés d’assurance-maladie, des préjudices que nous ne pouvons pas raisonnablement présumer que les gens anticipent et prennent des mesures pour les éviter. À ce titre, le Web manque de mécanisme d’incitation pour que les entreprises rivalisent sur la protection de la vie privée.

Les protections de la vie privée sur adhésion ont tourné court. Firefox a toujours proposé un ensemble de protections de base et permis aux gens d’opter pour des fonctionnalités de protection de la vie privée supplémentaires. En parallèle, Mozilla a travaillé avec des groupes industriels pour établir des standards sérieux en matière de vie privée, tels que le Do Not Track (ne pas me pister).

Ces efforts n’ont pas été couronnés de succès. Le Do Not Track n’a connu qu’une adoption limitée par les sites et beaucoup parmi ceux qui avaient initialement respecté ce signal ont arrêté de l’honorer. Les propositions de désengagement (opt-out) de l’industrie ne limitent toujours pas la collecte de données et empêchent plutôt uniquement des usages spécifiques des données. Des recherches antérieures ont montré que les gens ne comprennent pas cela. En outre, les recherches ont montré que les gens prennent rarement des mesures pour modifier les paramètres par défaut, et nos propres données le confirment.

Les techniques de pistage avancées réduisent l’efficacité des mesures traditionnelles de protection de la vie privée. De nombreuses personnes prennent des mesures pour se protéger sur Internet, par exemple en supprimant les cookies de leur navigateur. En réponse, certains traqueurs ont développé des techniques avancées de pistage qui peuvent vous identifier sans utiliser de cookie. Elles comprennent l’empreinte numérique du navigateur et le détournement de l’identification du navigateur et des fonctionnalités de sécurité pour les identifications individuelles.

L’impact de ces techniques n’est pas limité au site web qui les utilise. La mise en relation des identifients de pistage par le biais de la synchronisation de cookies signifie qu’un seul et unique traqueur qui utilise une technique invasive peut partager les informations qu’il a découvertes avec d’autres traqueurs.

Les fonctionnalités que nous avons annoncées vont sensiblement améliorer le statu quo, mais il a davantage de travail qui reste à faire. Garder un œil sur nos prochains billets de blog à mesure que nous allons continuer à renforcer les protections de Firefox.



Traduction et relecture : Mozinet, Hellosct1, Wladek92 et anonymes

Illustration ajoutée à la traduction : Mozilla.

Ouverture des données de Firefox

France – add-ons – Usage Behavior – Firefox Public Data ReportMozilla, l’éditeur du navigateur Firefox, a mis en ligne un rapport mis à jour hebdomadairement avec des données provenant de la télémétrie de Firefox. Ces données anonymisées et agrégées, qui étaient destinées aux ingénieur·e·s pour améliorer Firefox, sont mises à disposition des utilisateur·rice·s et de tous comme une source d’informations publique qui jusqu’ici n’existait pas.

Mozilla subit parfois des attaques sur le sujet des données de télémétrie envoyées par Firefox et de son activation par défaut. Dans un effort de transparence de longue haleine, Mozilla publie un Firefox Public Data Report (rapport de données publiques de Firefox).

Mozilla publie des informations agrégées et anonymisées sur la façon dont Firefox est utilisé. Pour l’heure ces données ne sont issues que des Firefox pour ordinateur ; des données mobiles sont attendues pour plus tard. Dix indicateurs peuvent être filtrés par pays – 10 : Brésil, Chine, France, Allemagne, Inde, Indonésie, Italie, Pologne, Russie, États-Unis. D’autres pays devraient être ajoutés à l’avenir.

Pour Mozilla, l’ouverture n’est pas uniquement ouvrir le code source des logiciels une fois sortis. L’ouverture se doit aussi d’être présente tout au long du développement et de la prise de décision. L’ouverture s’applique également selon Mozilla aux données produites via ses produits libres.

Mozilla s’adresse aux utilisateurs et utilisatrices de Firefox. Il s’agit de rassurer alors que la collecte et l’exploitation de données personnelles sensibles inquiètent. Les utilisateurs doivent savoir quelles données sont collectées, comment elles le sont et la manière dont elles sont utilisées.

Mozilla s’adresse aussi au grand public et au monde de la recherche. Mozilla estime qu’il est d’intérêt public de mettre librement ces données à disposition de tous. Cette ressource inestimable n’est actuellement fournie par aucun éditeur de navigateur web. Mozilla est dans une position unique en fournissant des logiciels et services utilisés par des centaines de millions de personnes et comme archétype d’un projet de logiciel libre indépendant. Ainsi, les chercheurs et chercheuses peuvent mesurer l’évolution de l’utilisation des navigateurs dans les pays en développement.

Mozilla s’adresse enfin aux contributeurs et contributrices au projet Mozilla et à l’écosystème de Firefox qui pourront mesurer la portée de leur contribution. Grâce à la mise à jour régulière des données, ils pourront voir en quasi temps réel quel impact ont eu leurs changements.

Voici une FAQ de Mozilla :

Cela signifie que vous pistez les données personnelles des gens ? Et que, maintenant, vous allez les publier ?

Voici une bonne question sur laquelle nous souhaitons être très clairs. Aucune donnée personnelle n’a été utilisée dans ce rapport. C’est un point très important pour nous, qui mérite quelques éclaircissements :

  • Nous n’identifions pas les utilisateurs de Firefox à partir de leur historique de navigation. Le rapport fait donc uniquement référence à des profils, pas aux utilisateurs eux-mêmes.
    C’est la différence entre un gros plan (le genre de données très personnelles que les marketeurs recherchent) et une simple silhouette floue (les données que nous utilisons dans ce rapport).
    En langage technique, il s’agit de données agrégées et anonymisées.
  • Pour autant, même ces données anonymes donnent une idée assez fidèle de la façon dont un individu utilise le produit, et nous pouvons en tirer des informations intéressantes tout en respectant votre vie privée.
    Maintenir cet équilibre est possible car la transparence et l’ouverture sont des valeurs qui font partie de l’ADN de Mozilla depuis sa création. C’est pourquoi Firefox a toujours été le navigateur de choix pour les gens en quête de performance, de protection de la vie privée et de personnalisation.
    Nous n’avons jamais dû réduire le volume de données que nous exploitons car nous avons toujours eu une approche frugale de la collecte d’informations. Nous respectons votre vie privée et agrégeons uniquement des informations qui nous permettent d’améliorer le produit, sans requérir de connaître quoi que ce soit vous concernant, ni sur ce que vous faites lorsque vous êtes en ligne.

Dans un prochain article, nous regarderons quelques enseignements et chiffres amusants que l’on peut tirer de ces premières données, notamment pour la France.

➡️ Firefox Public Data Report

Aller plus loin

Études Shield sur l’assistance de Firefox

Data Science is Hard: Counting Users

Mozilla Wiki :


Mozinet

Précédent article sur une nouveauté de Firefox : TLS 1.3 à peine publié est déjà dans Firefox

Test Pilot : Notes utilise désormais les composants Rust et Android

Rust Components > Android Components > Notes La version 1.1 de l’expérience Test Pilot Notes pour Android représente un gros changement architectural. Au début de l’été, Notes a proposé la première expérience pour Android qui permettait de synchroniser ses notes entre ses Firefox pour ordinateur et une application Android grâce à son compte Firefox. La nouvelle version tire elle parti des composants Android et de Rust.

Si vous nous suivez régulièrement vous avez déjà entendu parler du langage de programmation Rust. Ce langage système est conçu pour être ultrarapide, sûr et tirer profit des matériels modernes. Le moteur d’affichage expérimental Servo de Mozilla est écrit en Rust et de nombreux composants en Rust sont au cœur de la rénovation de Firefox.

Pour en revenir à Notes, voici l’annonce de Vlad Filippov de l’équipe Test Pilot :

Le 22 août, nous avons sorti la version de Notes by Firefox pour Android, tous nos utilisateurs actuels recevront la version mise à jour via le Google Play.

Après nos tests initiaux en version 1.0, nous avons identifié plusieurs problèmes avec la fonction d’Android de connexion “Custom Tab” (onglet personnalisé). Pour corriger ces problèmes, la nouvelle version est passée au composant Android des comptes Firefox (Firefox Accounts Android component) récemment développé. Ce composant devrait résoudre les problèmes que les utilisateurs·rice·s ont connu en se connectant à Notes[*].

Rust Components > Android Components > Notes

Le composant Android de Notes utilise maintenant nos composants Rust en arrière-plan pour effectuer les actions d’authentification pour les comptes Firefox. Les composants Rust peut peuvent être compilés pour différents environnements tels qu’Android, iOS et les systèmes d’exploitation. De cette manière nous n’avons pas besoin de réécrire et maintenir plusieurs copies de la même logique d’authentification dans différents langages. Il y a d’autres raisons pour lesquelles nous avons choisi Rust pour développer des composants de bas niveau, telles que la sûreté de la mémoire, l’absence de compétition entre les données (data race), les performances et davantage. Nous espérons amener ces nouveaux composants dans nos autres applications dans un futur proche.

Si vous êtes intéressé·e par l’architecture du composant et voulez contribuer, veuillez jeter un œil aux liens ci-dessous :

Procurez-vous Notes sur le Google Play.

Un grand merci à nos équipes SoftVision QA, Mozilla Mobile et Mozilla Application Services pour leur aide avec cette version.



Note du traducteur

[*] Inutile de l’essayer pour l’heure sur un Android inférieur à la version 6. Un correctif est en préparation pour une future version.


Donnez votre avis

Notes est une expérience. Vous utilisez ces services en tant que testeurs d’une potentielle future fonctionnalité de Firefox ou qui sera distribuée en tant qu’extension autonome pour Firefox, à moins qu’elle ne soit abandonnée… ce qui est peu probable vu l’avancement de l’expérience.

Dans l’interface du panneau latéral ou de l’application, des boutons vous invitent à donner votre avis. Vous serez redirigé·e vers un sondage (en anglais) où vous pourrez rapporter un problème, demander une nouvelle fonctionnalité ou communiquer quelque chose d’autre à l’équipe de développement.

Vous pouvez aussi signaler directement un problème sur GitHub ou discuter en anglais du projet sur Discourse.


Mozinet

Précédent article Test Pilot : Simplicité et vie privée pour ces extensions de partage de fichier

Mozilla Paris : rendez-vous pour les Journées du patrimoine des 15 et 16 septembre 2018

bureaux Mozilla Venez visiter les locaux classés de Mozilla à Paris à l’occasion des Journées européennes du patrimoine le week-end des 15 et 16 septembre prochains.

Les 35es Journées européennes du patrimoine se dérouleront les 15 et 16 septembre 2018 et auront pour thème en France : « l’art du partage ». Elles prennent place cette année au sein de l’« Année européenne du patrimoine culturel ». De nombreux lieux seront exceptionnellement ouverts et gratuitement pour la plupart ce week-end.

De notre côté, c’est la 5ᵉ année que les bureaux parisiens de Mozilla ouvrent leurs portes pour les Journées du patrimoine. Nous n’avons manqué aucune édition depuis notre arrivée dans ces locaux se trouvant dans un monument historique classé et dont les magnifiques intérieurs sont eux aussi classés. Nous seront encore cette année au rendez-vous de ces Journées européennes du Patrimoine 2018.

bureaux MozillaSalle des fêtes (XIXᵉ)

Cette année, nous vous proposons 2 modes de visites :

  • les visites guidées sans inscription, par l’association 9ᵉ Histoire, auront lieu des visites à partir de 11 h 00 le samedi et le dimanche après-midi. Nos Mozilien·ne·s aideront les membres de l’association pour offrir des visites commentées en continu.
  • les visites libres vous permettront de découvrir par vous-même le lieu avec des supports de visites dans les différentes salles.

bureaux Mozilla

Vous pourrez profiter de votre visite pour découvrir le projet Mozilla dans ses diverses incarnations comme le navigateur Firefox ou le projet Common Voice qui vous propose de « donner votre voix » pour la bonne cause. Nos Mozilien·ne·s répondront avec plaisir à toutes vos questions et vous proposeront des démonstrations de certains projets phare.

Mozilla Paris est installé dans le 9ᵉ arrondissement de la capitale au cœur de l’hôtel de Mercy-Argenteau, au 16 bis du boulevard Montmartre. Bâti en 1778 par l’architecte Firmin Perlin dans un style Louis XVI, cet hôtel devint rapidement la propriété du comte de Mercy-Argenteau, qui avait été précepteur de la future reine Marie-Antoinette qu’il espionnera ensuite pour le compte de sa mère l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse comme ambassadeur à Paris (1783 à 1790). Une salle de bal monumentale a été ajoutée au XIXᵉ siècle. Elle est attribuée à Charles Garnier, architecte de l’Opéra Garnier aussi situé dans le 9ᵉ.

Découvrez-en un avant-goût dans cette vidéo de l’édition précédente :

Mozilla Spaces ParisJournées européennes du patrimoine à Mozilla Paris
samedi 15 septembre de 10 h 00 à 18 h 00
dimanche 16 septembre de 10 h 00 à 17 h 00
entrée libre et gratuite
Fondation Mozilla
16 bis, boulevard Montmartre, Paris 9ᵉ (plan libre)
Métro : préférez Grands Boulevards (sortie Musée Grévin)

accès handicapé
Se rendre à Mozilla Paris sur le wiki.

Restez branché·e sur nos réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Mastodon) pour les dernières nouvelles.

Découvrez les intérieurs classés avec les visiteurs de l’an passé :

Mozilla Paris – Journées du patrimoine 2017

Liens utiles :

Pour préparer votre visite :


@hellosct1 et Mozinet

Notre précédent événement : Rencontres mondiales du logiciel libre 2018, le retour

Crédit photos : Mozinet sous licence CC BY-NC-SA 2.0.

Notre liste de (re)lecture estivale

Livre sur le sable ensoleilléPendant la période où le plus de congés sont posés, nous vous avons proposé chaque jour sur Twitter et sur Mastodon, avec le mot-dièse (en fait c’était avec le hashtag) #redifEstivale, un de nos articles de valeur publié depuis l’été dernier. (Re)découvrez ou peut-être reredécouvrez notre sélection :


Mozinet

Crédit illustration : “darf_nicht_mehr_hochladen” sous licence CC0 via Pixabay.

Simplicité et vie privée pour ces extensions de partage de fichier

Par Andrew Truong, le 17 août 2018

WeTransfer WeTransfer offre une solution simple de transfert de fichier via une extension
Lorsqu’ils veulent partager des fichiers numériques, la plupart des gens pensent à des services d’hébergement de fichiers populaires comme Box ou Dropbox, ou d’autres méthodes courantes comme le courriel et les applications de messagerie. Mais saviez-vous qu’il existe des moyens plus faciles et plus protecteurs de la vie privée de le faire avec des extensions ? WeTransfer et Fire File Sender sont deux choix d’extension qui piquent la curiosité.

WeTransfer vous permet d’envoyer des fichiers jusqu’à 2 Go avec un lien qui expire sept jours après la mise en ligne. Il est très simple à utiliser : il suffit de cliquer sur l’icône de barre d’outils et une petite fenêtre popup apparaît vous invitant à téléverser des fichiers et copier des liens à partager. WeTransfer emploie les standards les plus élevés en matière de sécurité et est conforme à la législation européenne sur la vie privée. Mieux encore, les destinataires téléchargeant les fichiers expédiés grâce à WeTransfer ne seront pas bombardés de publicités : ils verront plutôt de magnifiques fonds d’écran choisis par l’équipe éditoriale de WeTransfer. Si vous êtes intéressé·e par d’autres fonds d’écran attrayants, regardez du côté de WeTransfer Moment.

Fire File Sender vous permet d’envoyer des fichiers jusqu’à 4 Go chacun. Une fois que le fichier a été téléversé avec succès, un lien et un code à six chiffres sont générés pour que vous puissiez les partager. Le lien et le code expireront soit 10 minutes après la mise en ligne soit après le premier téléchargement, selon celui des deux événements qui se produit d’abord. De plus, dans cet intervalle de 10 minutes, vous avez la possibilité de stopper le partage du fichier. Fire File Sender utilise le panneau latéral du navigateur pour le téléversement et le téléchargement de fichiers grâce aux API de Send Anywhere.

Fire File Sender

Mieux encore, ni WeTransfer ni Fire File Sender n’exigent d’avoir un compte pour utiliser leur service. L’anonymat renforcé du transfert de fichier et la suppression automatique des fichiers (Dropbox et Google Drive nécessitent une suppression manuelle) font de ces extensions des options sérieuses pour les personnes soucieuses de leur vie privée.

Je me dois de mentionner également Firefox Send, bien qu’il s’agisse d’un service web et non d’une extension. Firefox Send est la solution maison de Mozilla pour partager des fichiers. Créé par l’équipe Test Pilot de Mozilla, Firefox Send vous permet de partager en toute sécurité des fichiers jusqu’à 1 Go directement depuis votre navigateur. Tous les liens générés expireront soit après le premier téléchargement soit après 24 heures, selon l’événement qui arrive en premier. Mozilla va encore plus loin en matière de protection de la vie privée : les fichiers diffusés par Firefox Send sont chiffrés directement dans le navigateur et seulement envoyés ensuite à Mozilla. Ainsi, Mozilla n’a pas les moyens d’accéder au contenu des fichiers chiffrés (l’équipe de Test Pilot s’efforce constamment d’améliorer le projet et ses progrès dans le développement peuvent être suivis sur GitHub). ■

Send : une expérience de Firefox Test Pilot sur YouTube (1 min)

N’oubliez pas de donner votre avis sur cette expérience.

(Re)lire 2 nouvelles expériences Test Pilot dont Send.


Et vous ? quelle solution de partage de fichier utilisez-vous ? Partagez vos bons plans avec la communauté !


Mozinet

Précédent article sur Test Pilot et les extensions : 1re expérience Test Pilot pour Android : des notes synchronisées

Crédit illustrations : 2ᵉ image ajoutée à la traduction.