MozFR

Firefox Focus pour Android, le million et 3 demandes exaucées

Nous vous avons pas mal parlé de Firefox Focus depuis un mois qu’il est sorti pour Android en plus de la version pour iOS (iPhone, iPad, iPod Touch). Mozilla a publié pour ses 1 mois une nouvelle version pour Android de Firefox Focus, son application de navigation focalisé sur la vie privée.

Cette version 1.1 apporte 3 nouveautés demandées par les utilisateurs dont les vidéos plein écran (bientôt pour YouTube) et la gestion des téléchargements (NB : les fichiers téléchargés ne seront pas supprimés lors de l’effacement de l’historique de Firefox Focus).

Pour en apprendre davantage sur ce 1er mois et cette nouvelle version, nous vous avons traduit l’annonce du blog officiel de Mozilla :

Firefox Focus pour Android passe la barre du million de téléchargements ! Nous lançons aujourd’hui trois nouvelles fonctionnalités réclamées par les utilisateurs

1 million de Firefox Focus

Depuis le lancement de Firefox Focus pour Android il y a un mois, un million d’utilisateurs ont téléchargé notre application de navigation protégeant la vie privée simple et rapide. Merci pour votre formidable soutien à notre appli Firefox Focus pour Android. Cette version marque une énorme demande des utilisateurs qui veulent être dans le siège du conducteur quand il s’agit de leurs informations personnelles et de leurs habitudes de navigation.

Quand nous avons initialement lancé Firefox Focus pour iOS l’an dernier, nous l’avons fait en ayant à l’esprit que tout le monde a le droit de protéger sa vie privée. Nous avons créé l’application Firefox Focus pour Android pour aider tous nos utilisateurs mobiles et leur donner le contrôle pour déterminer leurs habitudes de navigation en ligne sur toutes les plateformes.

Dans la semaine de la sortie de Firefox Focus pour Android, nous avons reçu plus de 8 000 commentaires et l’application est notée avec 4,5 étoiles. Nous avons été ébahis par l’accueil qui lui a été réservé !

Les retours des utilisateurs de Firefox Focus

« Formidable, le navigateur iconique Firefox focalisé sur la vie privée est désormais encore plus focalisé sur la vie privée et la sécurité. »

« Excellent ! Il est effectivement extrêmement léger et rapide. »

« C’est le meilleur navigateur à régler en « par défaut », haut la main. Super rapide et super léger. »

« Fait exactement ce pour quoi il est fait de façon géniale : une navigation rapide, sécurisée, privée et légère. »

Firefox Focus pour Android 1.1 : téléchargementNouvelles fonctionnalités

Nous sommes toujours en recherche de manières d’améliorer nos produits et vos commentaires nous aident beaucoup. Nous nous sommes réunis pour décider quelles fonctionnalités nous pourrions rapidement ajouter et nous sommes heureux d’annoncer les nouvelles fonctionnalités suivantes moins d’un mois après le lancement initial :

  • Les vidéos en plein écran : vos commentaires nous ont fait savoir que c’était une priorité importante. Nous comprenons que si vous voulez regarder des vidéos sur votre téléphone, ce n’est valable que si vous pouvez les agrandir jusqu’aux bords de votre écran. Nous avons ajouté la prise en charge de la plupart des sites de vidéos avec YouTube comme exception notable. La prise en charge de YouTube dépend de la correction d’un bogue par Google et nous la déploierons aussitôt que ce sera corrigé.
  • Prise en charge des téléchargements : nous utilisons nos téléphones mobiles pour le divertissement – que ce soit écouter de la musique, jouer à des jeux, lire un livre électronique et faire son travail. Et pour certaines tâches, il est nécessaire de pouvoir télécharger un fichier. Nous avons mis à jour l’application Firefox Focus pour prendre en charge les fichiers de toutes sortes.
  • Mise à jour des actions des notifications : plus uniquement pour vous rappeler d’effacer votre historique, les notifications comportent désormais un raccourci pour ouvrir Firefox Focus. Enfin une façon rapide et facile d’accéder à la navigation privée.

Firefox Focus pour Android 1.1 : notifications : téléchargement + ouvrir

Nous avons comme mission de nous assurer que nos produits répondent à vos besoins. Répondre à vos retours d’expérience avec des améliorations rapides et significatives est notre manière de vous remercier et de vous faire savoir que : « Hé ! Nous sommes à votre écoute. »

Vous pouvez télécharger la dernière version de Firefox Focus sur Google Play et dans l’App Store.


Avez-vous vraiment donné sa chance à Focus ?


@Mozinet, relu par la communauté

Notre précédent article de sortie : Firefox Focus débarque sur Android, bloque les publicités intempestives et protège votre vie privée

Crédit illustrations : les captures ont été rajoutées par le traducteur.

Création de la Mozilla Foundation – 15 juillet 2003 – Coup d'œil dans le rétro

Firefox n’est pas né de nulle part. Il est le fruit d’une riche histoire. Découvrons-en un événement marquant.

La Mozilla FoundationLe 15 juillet 2003 : un nouvel espoir.

Avant Mozilla, il y avait Netscape, premier navigateur web commercial populaire, et nom de la société qui le développait. Obligée de passer au modèle gratuit par l’intégration gratuite de son concurrent Internet Explorer dans Windows, Netscape lance en 1998 le projet open source Mozilla.

Rachetée (cher) par AOL, société de services internet, Netscape en tant qu’entreprise de développement de logiciels est liquidée le 15 juillet 2003. Ce même jour est annoncée la création de la fondation à but non lucratif de droit californien, Mozilla Foundation, qui démarre avec une poignée des employés de Netscape licenciés, un petit pécule d’AOL et, le plus important, les marques et éléments de propriété intellectuelle liés à Mozilla. Le projet Mozilla est indépendant.

Titanic Netscape, chaloupe Mozilla

(Re)lire : MoFo – le mois Mots-zilla


Un souvenir ? Une idée ? Racontez-nous votre histoire de Mozilla et du logiciel libre.


@Mozinet

Lien vers le précédent coup d’œil dans le rétro : Il y a 15 ans : Mozilla 1.0 – 5 juin 2002

Crédit illustrations : Gervase Markham

Article issu d’une première version publiée pour feu Firefox OS.

Extensions pour le réseau social décentralisé Mastodon

Mastodon : DébutezMastodon est le réseau qui a percé récemment chez les libristes. Pourquoi ? Parce qu’il est décentralisé et basé sur du logiciel libre. Ainsi, ce n’est pas un silo à données ni une boîte noire. Mastodon est auditable et, si vous n’êtes pas content du gestionnaire de votre serveur, vous prenez vos données et vous les emmenez dans une autre instance de Mastodon, voire les mettez sur votre propre instance que vous hébergez sur votre propre serveur.

Nous sommes sur Mastodon. Nous avons choisi l’instance de La Quadrature du Net, l’association amie de défense des libertés en ligne : @Mozilla@mamot.fr, c’est comme ça que se notent les comptes puisqu’il faut connaître l’instance, réseau décentralisé oblige.

Mastodon

Aux premiers jours du succès du réseau fédéré, les extensions manquaient de maturité. Elles se sont assez améliorées pour que vous nous les présentions.

Pas plus que les applications disponibles pour mobile, les extensions pour Firefox ne vont pas plus loin qu’ajouter des fonctionnalités simples ou empaqueter le site web des instances Mastodon. Elles pourraient quand même vous rendre service.

Mastodon as a Sidebar dans la barre latérale

Commençons par la dernière venue sur AMO, Mastodon as a Sidebar propose de charger le site dans la barre latérale de Firefox. Tirant parti de la nouvelle API des WebExtensions intégrée à Firefox 54, Mastodon as a Sidebar est prêt pour Firefox 57.

(Re)lire : Ça bouge du côté des extensions et thèmes de Firefox !

Quelques images valent mieux qu’un long discours et, si vous ne connaissez pas, vous découvrirez ainsi Mastodon :

Mastodon as a Sidebar : début Une fois installée l’extension ouvre Mastodon dans la barre latérale…

Mastodon as a Sidebar sous le bouton de la barre latérale de Firefox … et ajoute le bouton de la barre latérale.

Mastodon as a Sidebar : boîte pour saisir l'adresse du serveur Ajoutez votre instance…

Mastodon as a Sidebar : créer un compte … et créez un compte…

Mastodon as a Sidebar : se connecter …à moins d’ajouter un compte existant.

Mastodon as a Sidebar : Pour commencer L’onglet Pour commencer s’affiche. Vous pouvez afficher
les autres dans la barre d’outils sous le nom de l’instance.

Mastodon as a Sidebar : Composer L’onglet Composer pour rédiger un message de 500 caractères maximum et Pouet !

Mastodon as a Sidebar : fil public local

Les autres onglets vous permettent d’afficher le fil public local (tous les messages de votre instance), le fil public global (tous les messages des instances que connaît votre instance), les notifications et enfin l’accueil où vous trouverez tous les comptes auxquels vous êtes abonné·e.

Mastodon Share

Cette extension d’origine française (@Hellix@framapiaf.org – l’instance de Framasoft) ajoute un bouton à la barre d’outils de Firefox. Comme d’habitude, vous pouvez d’un clic-droit déplacer le bouton vers le menu de Firefox.

Mastodon Share : bouton de la barre d'outils de Firefox

Cliquer sur le bouton avec une page ouverte ouvre un onglet avec votre instance de Mastodon et le champ de rédaction prérempli avec le titre de la page et son URL (adresse web).

Mastodon Share : menu contextuel de sélection

Une entrée de menu contextuel de sélection permet de partager la sélection dans Mastodon avec l’URL de la page.

Mastodon Share : Composer

Mastodon Share s’intègre aussi au menu des tweets dans les chronologies des pages web de Twitter.

Mastodon Share : Partager via Mastodon

Tooter

C’est l’extension que j’utilise le plus. Toot! est l’équivalent anglais de Pouet ! pour poster vos messages.

Tooter : fenêtre popup de Twitter

Tooter ajoute un bouton Toot et un autre Toot and Tweet aux fenêtres (popup le plus souvent) de partage de Twitter sur le Web.

Tooter dans TweetDeck

Tooter s’incruste aussi dans TweetDeck, le service web multicompte de Twitter pour utilisateurs avancés. L’interface web à base de colonne de Mastodon ressemble fort à celle de TweetDeck.

Ces deux dernières extensions sont censées être compatibles avec Firefox pour Android, mais je n’ai pas réussi à trouver leur interface.

Mastodon Trouble

Nom
Auteur
Catégorie
Audience
WebExtension
Licence
Mastodon as a Sidebar andre alves garzia Social et communication Mastodoniens oui MPL 2.0
Mastodon Share Hellexis Social et communication Mastodoniens oui MPL 2.0
Tooter Effy Elden Social et communication Mastodoniens oui MIT/X11

Aller plus loin

Découvrez l’histoire de l’émergence de Mastodon dans sa page Wikipédia. ZDNet a interviewé Eugen Rochko, le créateur allemand de Mastodon. Pixels-Le Monde revient sur l’esprit de Mastodon, plus proche du Twitter original.

Pixiellibre vous explique ce qu’est Mastodon. Numerama (qui a sa propre instance) vous propose de débuter en 9 questions et propose la vidéo suivante (50 s) :

Framasoft a traduit la documentation de Mastodon.

Quelques liens :

Et je vous garde le meilleur pour la fin : l’ineffable Tristan Nitot (@nitot@framapiaf.org), Mozillien historique et ancien employé de Mozilla, a présenté Mastodon dans le 56Kast de Libération et NoLife (34 min) :


Vous aussi partagez avec la communauté et les nouveaux sur Mastodon vos bons liens, vos astuces et les outils que vous utilisez pour tirer parti du réseau social libre.


@Mozinet (@Mozinet@mamot.fr), relu par Hellosct1 (@hellosct1@mamot.fr) et anonymes

Mozilla affirme sa position au Parlement européen sur la vie privée et les communications électroniques

value private MozillaDans le droit fil de l’article du mois de mai de Sherrie Quinn Mozilla veut une réforme européenne de la vie privée en ligne bien faite, publié par Raegan MacDonald, employée Mozilla en poste à Bruxelles, cette dernière publie un article de présentation de la position de Mozilla sur la proposition de la Commission européenne de règlement vie privée et communications électroniques. Mozilla est directement concerné par ce projet qui implique les éditeurs de navigateur dans le processus de recueil du consentement aux cookies (voir l’extrait de la proposition en annexe ci-dessous). La communauté a traduit cet article pour vous.


S’impliquer sur la vie privée et les communications électroniques au Parlement européen

La semaine dernière, j’ai participé à une table ronde technique du Parlement européen à propos du projet de règlement vie privée et communications électroniques (e-Privacy) actuellement à l’étude. Plus précisément, j’ai rejoint la discussion pour parler des « cookies ». La table ronde était animée par le rapporteur principal sur ce dossier, les députés Marju Lauristin (Socialistes et Démocrates, Estonie), rapporteur principal sur ce texte, et Michal Boni (Parti populaire européen, Pologne). Son but était de rassembler les diverses parties prenantes pour que le Parlement dispose des informations sur ce qui pourrait être un changement essentiel de la façon dont l’Europe réglemente la protection de la vie privée et la sécurité des communications en ligne, en liaison, bien qu’avec des objectifs et un objet différents, avec le règlement général de protection des données (RGPD) récemment adopté.

Ci-dessous se trouve un bref aperçu de mon intervention qui décrit les changements que nous avons proposés pour quelques-uns des aspects principaux du règlement, y compris la façon dont il aborde les « cookies » et, plus généralement, la façon d’obtenir le plus de gains pour la vie privée et la sécurité des communications, avec le minimum de complexités inutiles ou problématiques pour le design et l’ingénierie technologiques. J’ai couvert les trois points suivants :

  1. Nous soutenons les incitations pour les entreprises qui offriraient des options protectrices de la vie privée des utilisateurs.
  2. Le règlement vie privée et communications électroniques doit être à l’épreuve du temps en assurant la neutralité technologique.
  3. Les navigateurs ne sont ni des gardes-barrières ni des bloqueurs de publicités : nous sommes des agents de l’utilisateur.

L’actuel instrument juridique sur le sujet, la directive vie privée et communications électroniques (e-Privacy), laisse beaucoup à désirer pour ce qui concerne les protections efficaces de la vie privée et les avantages pour l’utilisateur. Cela est illustré de manière évidente par la « bannière de cookie » dans laquelle les utilisateurs cliquent pour « consentir » à l’usage des cookies par un site web. Le règlement vie privée et communications électroniques est un acte législatif important – pour Mozilla, pour l’Europe et en fin de compte pour la santé de l’internet mondial. Nous soutenons la vision ambitieuse de l’Union européenne et nous allons continuer à travailler avec le Parlement, la Commission et le Conseil en partageant nos avis et nos expériences dans le domaine de la vie privée en ligne. Nous espérons que le règlement contribuera à un meilleur écosystème de communications qui offrirait aux individus du contrôle, de la transparence et des choix significatifs et aiderait à reconstruire la confiance en ligne.

1. Nous soutenons les incitations pour les entreprises qui offriraient des options protectrices de la vie privée des utilisateurs

L’un des objectifs premiers que nous voyons dans le règlement vie privée et communications électroniques est de catalyser les offres de technologies et services de protection de la vie privée pour les utilisateurs. Nous encourageons fortement cet objectif. C’est l’approche que nous avons avec Firefox : les utilisateurs peuvent naviguer dans le mode classique, qui autorise les sites à placer des cookies, ou en navigation privée, qui intègre notre technologie maison de protection contre le pistage. Nous faisons en sorte que les deux options permettent des expériences utilisateur séduisantes, et l’utilisateur est libre de son choix – il peut passer de l’une à l’autre à sa convenance, et même utiliser les deux en même temps. Nous aimerions voir plus de fonctions de ce type dans l’industrie et accueillons avec enthousiasme la teneur de l’article 10(1) du brouillon du règlement vie privée et communications électroniques dont nous espérons qu’il encouragera cette tendance.

2. Le règlement vie privée et communications électroniques doit être à l’épreuve du temps en assurant la neutralité technologique

Un des principes ayant formé l’actuelle directive vie privée et communications électroniques était la neutralité technologique. Il est décisif que le règlement suive ce principe de la même façon, d’assurer son application pratique et de le garder à l’épreuve du temps. De plus, il devrait s’attarder sur le risque sous-jacent pour la vie privée des utilisateurs à travers le pistage de site web en site web et d’appareil en appareil, au lieu de s’attarder sur les technologies particulières qui créent ce risque. Pour en arriver là, la version actuelle du règlement bénéficierait de deux changements.

Premièrement, le Parlement devrait revoir les références aux techniques spécifiques de pistage, comme les cookies du site et les cookies tiers pour s’assurer que d’autres formes de suivi ne sont pas négligées. À première vue, il semblerait que le blocage des cookies tiers permette une protection de la vie privée et de la sécurité en ligne de l’utilisateur – essayez le module pour Firefox nommé Lightbeam, nous présentant le nombre de sites web que vous visitez et les sites tiers qui vous « suivent » sur l’internet – il y a de nombreuses manières de pister l’activité en ligne d’un utilisateur ; les cookies tiers en sont un exemple (même s’il est trivial). L’empreinte d’un appareil, par exemple, crée un identifiant unique et persistant qui porte atteinte aux mécanismes de consentement de l’utilisateur et demande une solution réglementaire. De même, les identifiants publicitaires sont des outils de pistage envahissants sur les plateformes mobiles qui ne sont actuellement pas abordés. Le règlement doit utiliser une terminologie qui saisisse plus précisément le comportement visé et pas uniquement une mise en œuvre possible du pistage.

Deuxièmement, le règlement se focalise particulièrement sur les navigateurs web (comme les points 22 à 24 [voir ci-dessous]), sans considérer correctement la diversité des formes de communication en ligne d’aujourd’hui. Nous ne suggérons pas que le règlement doive exclure les navigateurs web, bien évidemment. Mais se focaliser sur une technologie logicielle particulière côté client risque de laisser de côté une technologie différente avec des implications significatives en matière de vie privée, telle que le pistage facilité par les systèmes d’exploitation mobiles ou les services de cloud (nuage) auxquels on accède par des applications mobiles. Retenir une approche fondée sur des principes garantira que le règlement n’impose pas une solution spécifique qui n’assure pas sérieusement la transparence, le choix et le contrôle hors du contexte de la navigation web.

3. Les navigateurs ne sont ni des gardes-barrières ni des bloqueurs de publicités : nous sommes des agents de l’utilisateur

En se fondant sur ce qui est dit ci-dessus, le Parlement devrait considérer le navigateur web d’une manière qui reflète sa place dans l’écosystème technologique. Les navigateurs web sont des agents de l’utilisateur facilitant la communication entre les utilisateurs de l’internet et les sites web. Par exemple, Firefox propose des options de personnalisation profonde et son but est d’asseoir l’utilisateur dans le siège du conducteur. De même, le mode de navigation privée de Firefox contient une technologie de protection contre le pistage qui bloque certains traqueurs publicitaires tiers via une liste de blocage (vous pouvez en apprendre davantage sur notre approche du blocage de contenu dans cet article). Les deux sont des fonctionnalités d’agent de l’utilisateur, intégré au code délivré aux utilisateurs et exécuté sur leurs appareils locaux – ce n’est ni un service où nous intervenons comme intermédiaire ni un service que nous exploitons quand il est utilisé. Ce n’est pas constructif dans une perspective de règlementation, ni une compréhension précise de la technologie de présenter les navigateurs web comme des gardes-barrières comme le fait aujourd’hui le règlement.


Annexe

Extrait de la proposition du 10 janvier 2017 de la Commission européenne de règlement du Parlement européen et du Conseil concernant le respect de la vie privée et la protection des données à caractère personnel dans les communications électroniques et abrogeant la directive 2002/58/CE (règlement « vie privée et communications électroniques ») :

(22) Les méthodes utilisées pour fournir des informations et obtenir le consentement de l’utilisateur final devraient être aussi conviviales que possible. Étant donné l’usage généralisé des cookies traceurs et autres techniques de suivi, il est de plus en plus souvent demandé à l’utilisateur final de consentir au stockage de tels cookies dans son équipement terminal. En conséquence, les utilisateurs finaux sont débordés par les demandes de consentement. Le recours à des moyens techniques permettant de donner son consentement, par exemple, à l’aide de paramètres transparents et conviviaux, peut constituer une solution à ce problème. Par conséquent, le présent règlement devrait prévoir la possibilité d’exprimer un consentement en utilisant les paramètres appropriés d’un navigateur ou d’une autre application. Les choix effectués par l’utilisateur final lorsqu’il définit les paramètres généraux de confidentialité d’un navigateur ou d’une autre application devraient être contraignants pour les tiers et leur être opposables. Les navigateurs Web sont un type d’applications logicielles permettant la récupération et la présentation d’informations sur Internet. D’autres types d’applications, comme ceux qui permettent d’appeler et d’envoyer des messages ou de fournir des indications routières, ont aussi les mêmes fonctionnalités. Les navigateurs Web assurent une grande partie des interactions entre l’utilisateur final et le site Web. De ce point de vue, ils sont bien placés pour jouer un rôle actif consistant à aider l’utilisateur final à maîtriser le flux d’informations à destination et en provenance de son équipement terminal. En particulier, les navigateurs Web peuvent servir de portiers et donc aider l’utilisateur final à empêcher l’accès à des informations de son équipement terminal (smartphone, tablette ou ordinateur, par exemple) ou le stockage de telles informations.

(23) Les principes de protection des données dès la conception et de protection des données par défaut ont été consacrés par l’article 25 du règlement (UE) 2016/679. Or le paramétrage par défaut des cookies consiste, dans la plupart des navigateurs actuels, à « accepter tous les cookies ». Par conséquent, les fournisseurs de logiciels permettant la récupération et la présentation d’informations sur Internet devraient être tenus de configurer les logiciels de manière à ce qu’ils offrent la possibilité d’empêcher les tiers de stocker des informations sur les équipements terminaux. Cette option correspond souvent à la formule « rejeter les cookies de tiers ». Les utilisateurs finaux devraient disposer d’un éventail de réglages de confidentialité, depuis les plus restrictifs (par exemple, « ne jamais accepter les cookies ») jusqu’aux plus permissifs (par exemple, « toujours accepter les cookies »), en passant par des options intermédiaires (par exemple, « rejeter les cookies de tiers » ou « accepter uniquement les cookies propres »). Ces paramètres de confidentialité devraient se présenter sous une forme facile à visualiser et à comprendre.

(24) Pour obtenir le consentement de l’utilisateur final d’équipements terminaux au sens du règlement (UE) 2016/679, par exemple, pour le stockage de cookies traceurs de tiers, les navigateurs Web devraient notamment lui demander de manifester par un acte positif clair qu’il donne de façon libre, spécifique, éclairée et univoque son accord au stockage et à la consultation de ces cookies sur ses équipements terminaux. L’acte en question peut être considéré comme positif, par exemple, si les utilisateurs finaux sont tenus de sélectionner volontairement l’option « accepter les cookies de tiers » pour confirmer leur consentement et s’ils reçoivent les informations nécessaires pour effectuer leur choix. À cette fin, il y a lieu d’imposer aux fournisseurs de logiciels permettant d’accéder à Internet l’obligation de faire en sorte qu’au moment de l’installation, les utilisateurs finaux soient informés de la possibilité de choisir leurs paramètres de confidentialité parmi les diverses options proposées et soient invités à opérer un choix. Les informations fournies ne devraient pas dissuader les utilisateurs finaux d’opter pour une confidentialité très stricte et devraient comprendre des renseignements utiles sur les risques qu’implique le consentement au stockage de cookies de tiers sur l’ordinateur, parmi lesquels la conservation à long terme des historiques de navigation des personnes concernées et leur utilisation pour l’envoi de publicités ciblées. Les navigateurs Web sont encouragés à proposer aux utilisateurs finaux des moyens faciles de modifier leurs paramètres de confidentialité à tout moment en cours d’utilisation et à leur permettre de prévoir des exceptions ou d’établir une liste blanche de certains sites Web ou de préciser les sites Web dont ils acceptent toujours ou n’acceptent jamais les cookies (de tiers).


Traduction et relecture : Mozinet, Adam, Banban, Théo, Hellosct1, Janus, Goofy et anonymes

Grammalecte², faisons vivre cette super extension Firefox

MÀJ : Le 1er palier a été atteint grâce à vous. Merci ! Nous aurons donc une WebExtension avec un meilleur correcteur grammatical.

Grammalecte pour Firefox : correction grammaticaleVous le connaissiez peut-être déjà dans LibreOffice, la suite bureautique libre, ou vous l’avez peut-être découvert lors de sa précédente campagne de financement participatif réussie pour créer des extensions de correction grammaticale pour Firefox et Thunderbird : Grammalecte est un logiciel libre qui cherche de nouveaux fonds dans une seconde campagne de financement participatif qui prend fin dans 6 jours.

(Re)lire : Grammalecte – Calendrier de l’Avent – Jour 1

Olivier a lancé une seconde campagne qui est à 66 % de son premier palier, il faudrait donc en six jours réunir 5 000 euros. Il s’agirait d’améliorer la correction grammaticale et de faire évoluer les intégrations aux navigateurs web.

Lors du prochain cycle de développement, priorité à la grammaire. Le but de cette partie de la campagne est très simple : améliorer la détection des erreurs, fournir de meilleures suggestions, réduire le nombre de faux positifs, etc.

Grammalecte sur Ulule

WebExtensions en novembre

Pour que l’extension pour Firefox passe le cap de Firefox 57 qui sortira en novembre prochain (c’est très proche), elle doit être réécrite en WebExtensions (le nouveau modèle d’extensions multinavigateur à base d’API). Firefox 57 ne prendra plus en charge les anciens modèles de développement des extensions. Grammalecte ne devra pas réécrire son moteur grammatical, mais par contre devra réécrire l’interface en tirant parti des API mises à disposition par Mozilla.

(Re)lire : Ça bouge du côté des extensions et thèmes de Firefox !

Grammalecte pour Firefox : formateur de texte

Un dictionnaire personnel

Quand vous utilisez au quotidien Grammalecte – non ? vous devriez ;) –, vous êtes vite énervé·e par l’impossibilité d’exclure des mots que vous utilisez souvent et que ne connaît pas Grammalecte. En effet, l’extension ne dispose pas de dictionnaire personnel comme en a un Firefox par exemple. Si chacun de nous apporte son soutien au projet sur Ulule, ce sera chose possible.

Autres paliers

Si on en venait à 18 000 euros, Olivier créerait une extension pour Chrome et à 22 000 des outils annexes que vous découvrirez dans la page d’Ulule avant de verser votre obole pour encourager ce projet libre bien de chez nous !

J’en fais trop ? OK, mais n’en veuillez pas à Olivier et à ce super projet !


Vous voulez en savoir plus sur ce correcteur grammatical libre ? LinuxFr a un article qui entre dans les détails.

Grammalecte est un projet ouvert. Il est facile d’y proposer des modifications et de participer à l’élaboration du dictionnaire orthographique ou de rapporter des bogues sur les forums francophones.


6, 5, 4…


@Mozinet

Extension précédente : Grand ménage de printemps dans vos marque-pages de Firefox

Crédit illustrations : images 2, Grammalecte.

Firefox Night-club, entrée libre !

Aujourd’hui c’est un peu spécial copinage, mais pourquoi pas ? Ils ne sont pas si nombreux les navigateurs web à la fois open source, grand public et à la pointe des technologies, respectueux des personnes qui les utilisent et de leurs données, distribués en langue locale à peu près partout dans le monde, pour toutes les plateformes, etc.

Il est temps de considérer que c’est une ressource précieuse pour tous (et pas seulement pour la communauté du libre).

– D’accord, mais comment y contribuer lorsqu’on est seulement utilisateur ou utilisatrice ?

Pascal Chevrel qui répond aujourd’hui à nos questions nous présente une version de Firefox trop peu connue mais qui mérite toute notre attention et même notre implication : Firefox Nightly

Bonjour Pascal ! Commençons par le début : peux-tu te présenter ?
Bonjour, Parisien, 45 ans, je suis impliqué dans le projet Mozilla depuis pratiquement sa création et je travaille à plein temps pour Mozilla depuis 11 ans. De formation plutôt économique et linguistique, j’ai longtemps travaillé sur l’internationalisation des sites web de Mozilla, l’animation de communautés de traducteurs et le développement d’outils de suivi et d’assurance qualité de nos traductions. Depuis un an, j’ai quitté mes précédentes fonctions pour rejoindre l’équipe Release Management qui est chargée d’organiser et de planifier les livraisons de Firefox. Dans ce nouveau contexte, au sein du département Product Integrity, je suis maintenant responsable du canal Nightly de Firefox.

L’équipe de Release Management chez Mozilla. Tiens, il n’y a pas que des mecs ;-)

 

Alors, je doute que beaucoup des personnes qui nous lisent sachent ce qu’est exactement Nightly, tu peux nous en dire plus ?
Nightly est la version alpha de Firefox, chaque jour nous compilons Firefox avec les modifications apportées par les développeurs la veille à notre code source et nous proposons cette version de Firefox au téléchargement afin de recevoir des retours sur l’état de qualité du logiciel.

Quel est l’intérêt pour moi, péquin moyen, d’utiliser Nightly ?
Pour un internaute lambda, pas forcément à l’aise avec l’informatique, il n’y a effectivement aucun intérêt à utiliser Nightly. Les utilisateurs « ordinaires » sont encouragés à utiliser le canal Release qui est la version finale grand public et pas une version alpha ou bêta de Firefox.

Pour un utilisateur averti, utiliser Nightly signifie avoir accès à une version de Firefox qui plusieurs mois de développement d’avance sur la version finale et donc de pouvoir utiliser des fonctionnalités auxquelles n’ont pas encore accès les utilisateurs de Firefox. Depuis plusieurs mois, nous faisons un gros travail de modernisation et de nettoyage du code source de Firefox afin d’améliorer ses performances, les utilisateurs de Nightly ont donc accès à un navigateur beaucoup plus performant que la version grand public.

Pour un utilisateur averti et sensible aux valeurs véhiculées par Mozilla et par le logiciel libre, c’est aussi le meilleur moyen de participer à un projet de logiciel libre lorsque l’on a pas de temps à investir dans des activités de bénévolat. Le simple fait d’utiliser Nightly est une aide plus que précieuse au développement de Firefox car Nightly envoie par défaut des données de télémétrie et les rapports de plantage à nos développeurs qui peuvent ainsi repérer immédiatement toute nouvelle régression.

Attends ! Ça veut dire que vous préparez toutes les nuits une nouvelle version de Firefox ? ! Elle doit être pleine de bogues ! Ça marche vraiment ton machin ?
Toutes les nuits en effet (d’où son nom de Nightly), nous compilons Firefox avec le code de la veille, dans toutes les langues, pour tous les systèmes d’exploitations que nous supportons, en 32 comme en 64 bits. Toutes ces versions (builds) doivent passer notre batterie de tests automatisés qui valident un niveau de qualité minimal. Évidemment, c’est une version alpha, donc moins stable, elle peut planter plus facilement qu’une version destinée au grand public…

Ceci dit c’est très utilisable, j’utilise des nightlies depuis 2002 et les véritables problèmes sont rares. Lorsqu’un vrai problème passe entre nos filets, en général la télémétrie nous en informe en quelques heures et nous livrons une deuxième nightly dans la journée pour le régler ou fournir une solution d’atténuation de l’impact causé par le bug (retour arrière sur le patch fautif, désactivation temporaire d’une nouvelle fonctionnalité si le retour arrière n’est pas possible).

Et si j’installe Nightly, ça veut dire que ça me remplace mon Firefox habituel ? Et mes favoris et mots de passe enregistrés ?

Déjà, on dit marque-page, « favori » c’est de la terminologie Microsoft, je peux avoir dans mes marque-pages le site des impôts, ça ne veut pas dire que ce soit un des mes sites favoris ;)

On peut tout à fait installer Nightly à côté d’un Firefox classique, la chose importante est de ne pas leur faire partager le même profil de données. Le plus simple est d’installer Nightly dans un nouveau profil et de synchroniser les données (marque-pages, historiques, mots de passe…) entre les deux versions via Firefox Sync, notre service de synchronisation de données.

Histoire de bien comprendre : je dois télécharger Nightly tous les matins pour profiter des dernières mises à jour ?

Non, Nightly se met à jour en arrière-plan tout seul, lorsque la nouvelle version est disponible et peut être installée, une petite flèche verte apparaît sur l’icône de menu et il suffit de cliquer dans ce menu sur un bouton qui appliquera la mise à jour, ce qui se traduit concrètement par la fenêtre qui se ferme et se rouvre en quelques secondes.

Allez, fais-nous rêver : c’est quoi les nouvelles fonctionnalités attendues ?
En novembre, nous allons sortir une mise à jour majeure de Firefox, la plus grosse mise à jour du logiciel depuis 2011. Nous travaillons à une modernisation importante du moteur de rendu des pages (Gecko) en intégrant des parties mûres de notre autre moteur de rendu en R&D, Servo. Ce moteur est écrit dans un nouveau langage informatique très performant, Rust, les gains attendus en termes de performances sont importants. Ce projet de modernisation des fondations s’appelle Quantum. Il s’agit d’un projet proprement titanesque sur lequel plusieurs équipes de développeurs travaillent à plein temps depuis plusieurs mois, la version de novembre intégrera les premiers fruits de ce travail.

Nous travaillons aussi à une modernisation de l’interface actuelle de Firefox avec notre équipe d’ergonomes et de designers afin d’améliorer aussi l’interaction avec l’utilisateur, ce projet s’appelle Photon. Tu peux voir à quoi ressemblera Firefox d’ici quelques mois en parcourant ce diaporama illustré d’aperçus de la future interface.

La mascotte du projet Photon/Quantum

Tous les travaux en cours sur Quantum et Photon ne sont disponibles que sur Nightly, les amateurs de performances et de design peuvent donc avoir accès en avant première à ces avancées.

En termes de fonctionnalités spécifiques à Nightly, la gestion d’identité multiples dans une même session (qui permet d’avoir des onglets « boulot » et des onglets « perso » par exemple) semble être la nouveauté la plus appréciée de nos utilisateurs sur ce canal.

Bon si c’est pour avoir une version toute en anglais, merci bien !
Nous proposons Nightly dans toutes nos langues, il est donc disponible au téléchargement en français. Évidemment, pour les nouvelles fonctionnalités, il faut parfois attendre quelques jours pour voir celles-ci en français dans l’interface, il arrive donc parfois que certaines phrases ou items de menu soient en anglais. Mais c’est rare, les traducteurs veillent au grain.

Cliquez sur l’image pour avoir le grand poster (attention gros fichier de 4,2 Mo)

 

Excellent ! Nightly, j’en veux © Je fais comment ?
Mozilla fournit des binaires pour Windows, Mac et Linux à cette adresse : https://nightly.mozilla.org. La seule difficulté à l’installation par rapport à un Firefox pour le grand public est qu’il faut créer un profil de données séparé si l’on veut installer Nightly à côté d’un Firefox déjà installé et pas le remplacer. Nous travaillons sur notre installeur pour qu’à l’avenir, ce profil séparé soit créé automatiquement sans intervention de l’utilisateur mais ce ne sera probablement pas effectif avant 2018.

Notre wiki contient des informations détaillées (mais en anglais) sur l’installation de Nightly selon son système d’exploitation, dont un screencast pour Windows.

Mais au fait, ça fait quand même beaucoup, beaucoup d’énergie dépensée par Mozilla pour une version de Firefox plutôt méconnue. C’est quoi votre intérêt ?

Pour développer Firefox qui est un projet de grande envergure (des centaines de développeurs, une base de code très importante, près de 100 langues et 4 systèmes d’exploitation pris en charge…), il faut le compiler tous les jours et avoir une infrastructure d’intégration continue en place, il était donc logique de proposer ces versions (que nous utilisons déjà en interne) à nos utilisateurs afin de pouvoir bénéficier d’un bêta test externe qio réponde à des questions comme : est-ce que le site de ma banque en Belgique fonctionne avec ? Est-ce que la traduction est bonne ? Est-ce qu’il est stable sur ma configuration ?…

Cela représente donc un investissement mais avoir une version dédiée au bêta-test communautaire est fait partie (ou devrait faire partie) de tout projet de logiciel libre communautaire.

Au fait, beaucoup de gens l’utilisent ?
Trop peu de gens utilisent Nightly, essentiellement les employés Mozilla et notre communauté de bénévoles les plus impliqués dans le projet Mozilla, quelques dizaines de milliers de personnes dans le monde. Cela peut sembler beaucoup dans l’absolu mais c’est en réalité assez faible car le Web est immense, les configurations matérielles sur lesquelles tournent Firefox sont des plus diverses dans le monde et nous n’avons pas aujourd’hui assez de retours d’utilisation (que ce soit la télémétrie ou des rapports de bugs plus formels) afin de prendre les meilleures décisions de développement.

Nous recherchons donc des utilisateurs mais bien sûr nous sommes très clairs sur le fait que Nightly est destiné à un public plus à l’aise avec l’informatique que la moyenne et prêt à accepter des changements de comportement ou d’interface du logiciel au jour le jour avec en contrepartie l’accès en avant-première à des fonctionnalités innovantes.

Si vous voulez aider Mozilla, que vous êtes à l’aise avec l’informatique, utiliser Nightly à la place ou à côté de votre navigateur actuel (qui n’a pas à être Firefox) est probablement le moyen le plus simple de participer au projet.

Donc, même si je n’y connais rien de rien en logiciel libre, en code, et tous les autres trucs techniques, rien qu’en utilisant Nightly, je fais avancer le schmilblick ?
Si vous êtes à l’aise avec l’informatique (en gros, si vous savez installer et désinstaller un logiciel sans faire appel à la cousine en école d’ingénieur), simplement utiliser Nightly aide énormément Mozilla et les développeurs de Firefox.
Nous avons aujourd’hui une qualité de Nightly qui est suffisante pour de très nombreux utilisateurs sans connaissances techniques particulières.

Si je vois des trucs qui clochent, je le signale où et comment ? Parce que moi le bugzilla, comment dire
Pour les francophones, le plus simple est d’expliquer ce qui cloche dans nos forums de mozfr à cette adresse : https://forums.mozfr.org/viewforum.php?f=24
S’il s’avère que c’est effectivement un problème dont nous n’avons pas connaissance, nos modérateurs les plus anglophiles se chargeront d’ouvrir un ticket sur Bugzilla et d’agir comme intermédiaires avec les développeurs. Je passe sur le forum moi-même deux fois par semaine.

Et si je suis un développeur, et que les mots « code source », « mercurial », « bugzilla » ou « RTFM » me parlent, je peux aider quand même ?

Si vous êtes développeur non seulement vous pourrez rapporter des bugs directement dans Bugzilla mais on peut aussi vous aider à écrire le patch pour résoudre ce bug ! Il y a d’ailleurs une vingtaine de développeurs Firefox qui sont francophones si l’anglais vous fait un peu peur.

Les développeurs mais aussi les utilisateurs les plus techniques peuvent ouvrir des bugs et faire une recherche du patch qui a causé une régression grâce à l’outil mozregression

Tiens une question qu’on nous pose souvent, qui peut paraître hors sujet, mais en fait pas du tout : qu’est-ce que je peux dire à mon cousin qui utilise Google Chrome, afin qu’il envisage de passer à Firefox ?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question car pour cela il faudrait savoir pourquoi il utilise Chrome. Si ton cousin est sensible au respect de sa vie privée, utiliser Firefox va probablement de soi. Si ce qui importe pour lui ce sont les performances, alors Nightly est certainement dans la course avec Chrome, voire plus performant sur certaines activités, ce n’a pas toujours été le cas donc c’est important à souligner. S’il est un utilisateur compulsif d’onglets, la gestion des onglets de Nightly est certainement plus riche et performante que celle de Chrome ; avoir une session avec plusieurs centaines d’onglets ouverts sur une machine récente ne pose aucun problème sous Nightly.

Je pense que de nombreux utilisateurs qui sont passés de Firefox à Chrome il y a quelques années seraient très surpris des avancées (performances, ergonomies, fonctionnalités) que nous avons intégrées dans Firefox. C’est encore plus vrai pour Nightly et je reçois quasiment quotidiennement du feedback d’utilisateurs Chrome passés avec bonheur à Nightly, C’est très encourageant pour notre grosse livraison 57 en novembre évidemment. Le magazine en ligne américain CNET a publié en juin un article intitulé « New speed boost means maybe it’s time to try Firefox again » plus qu’élogieux et ils n’ont testé que la version grand public 54. Nightly qui est en 56 est déjà bien plus performant.

Merci Pascal ! Un dernier mot ? Ou une question que tu aurais aimé qu’on te pose ?

Un grand merci à toi pour l’intérêt que tu portes à Firefox, Mozilla et mon travail sur Firefox Nightly ! Merci aussi pour le travail de vulgarisation que fait Framasoft en ce qui concerne le logiciel et la culture libre. Firefox est l’outil qui permet à Mozilla d’avoir un impact sur le Web. Étant donné le travail que fait Framasoft sur la décentralisation et de dégooglisation du web, les lecteurs de cet article seront peut être intéressés par cette récente annonce de Mozilla dans laquelle nous annonçons un budget de 2 millions de dollars dédié à financer les projets de décentralisation du Web.

… et le slogan du blog de Nightly pour le mot de la fin :
Améliorons ensemble la qualité, version après version (Let’s improve quality, build after build !)

 

RMLL de Saint-Étienne, on y sera

RMLL logo 2017 La précédente édition des Rencontres mondiales du logiciel libre (RMLL) s’était déroulée en 2015 à Beauvais, où nous étions présents ; voyez notre article.

L’édition 2017 des RMLL se déroulera dans la ville de Saint-Étienne (42) du 1er au 7 juillet et nous y serons.

Cette année permettra de réunir 3 publics : les professionnels, le grand public et la communauté libriste. Par ailleurs, l’événement se déroule sur une semaine, avec une ambiance assez conviviale, au cours de laquelle on peut apprendre beaucoup dans différents domaines :

  • L’écologie numérique
  • Le théâtre libre
  • L’internet des objets
  • La sécurité informatique
  • Les échanges sur les réseaux sociaux
  • Etc.

RMLL bannière 2017


Tout d’abord, les deux premiers jours (samedi et dimanche), appelés « grand public », se dérouleront dans le centre de la ville de Saint-Étienne et se composeront de nombreuses animations et divers ateliers. Ainsi, vous retrouverez la fondation Mozilla dans le village associatif.

stand Mozilla RMLL 2015

Les jours suivants (du 3 au 7) seront un peu différents, car les ateliers laisseront la place aux conférences, du lundi au vendredi, avec 10 salles en parallèle.

Parmi toutes les conférences, il ne faut pas rater la conférence suivante :

Parmi les usual suspects du Libre bien connus, vous pourrez y entendre :

Par ailleurs, notre Mozillien Christophe Villeneuve en profitera pour parler d’autres sujets qu’il adore :

De plus, s’il n’est pas en train de donner une conférence, vous le retrouverez sur le stand de Mozilla pour lui poser toutes vos questions.

Bien entendu, il y a beaucoup de sujets proposés que vous pouvez retrouver sur le site des RMLL 2017 où vous pouvez filtrer les thèmes et les jours.

Enfin, de nombreuses conférences sont en anglais, car c’est un événement mondial qui rassemble des conférenciers internationaux. Ainsi, vous pourrez faire de nombreuses rencontres pour apprendre, discuter, partager et sortir avec de nouvelles idées et motivations pour le logiciel libre.

Alors, pour vous donner envie, voici le plan pour vous repérer dans la ville.


@hellosct1

Notre précédent événement : Bienvenue au MozFest de Londres

Crédit illustrations : photo de Christophe Villeneuve transférée dans le domaine public.

French-speaking Community Mozilla Month

Mozilla, photo de groupe annexée rapport 2015With a wordplay on “Mot-zilla” which means word-zilla but sounds Mozilla, we chose and introduced a Mozilla-related word each day: so we wrote 30 articles, and we promoted them on our social media (along with an introduction to this initiative and today a summary (in French)).

Monday Tuesday Wednesday Thursday Friday Saturday Sunday
      1

Firefox
2

MoFo
3

HTML5
4

Net neutrality
5

AMO
6

Cookies
7

Gecko/Servo
8

Thunderbird
9

Community
10

JavaScript
11

Privacy
12

SUMO
13

Fingerprint
14

WebVR
15

Tor Browser
16

Free licenses
17

Rust
18

Internet health
19

MDN
20

Private browsing
21

Bugzilla
22

Firefox Focus
23

Mozilla Reps
24

WebAssembly
25

Hack
26

Transvision
27

HTTPS
28

Browser
29

Firefox Nightly
30

Mozilla
   

-- @Mozinet (Communication referent) and @Hellosct1 (Rep) on behalf of the French-speaking Mozilla Community

Photo credit : Mozilla.

Tous les mots du mois Mots-zilla

Mozilla, photo de groupe annexée rapport 2015Durant ce mois de juin 2017, la communauté Mozilla francophone vous a invité à découvrir chaque jour un nouveau mot de l’univers de Mozilla : 30 jours, 30 Mots-zilla !

Nous espérons que vous connaissiez mieux désormais le projet Mozilla, sa diversité et les valeurs que nous défendons. Nous espérons aussi qu’au terme de ce sprint vous comprenez mieux pourquoi nous, Mozilliens, contribuons avec passion au projet au sein de notre communauté locale et dans toutes les communautés de par le monde.

La communauté Mozilla est très ouverte aux nouveaux·lles, alors n’hésitez pas à venir nous parler pour trouver votre moyen de participer.

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
      1
Firefox
2
MoFo
3
HTML5
4
Neutralité du Net
5
AMO
6
Cookies
7
Gecko/Servo
8
Thunderbird
9
Communauté
10
JavaScript
11
Vie privée
12
SUMO
13
Empreinte
14
WebVR
15
Tor Browser
16
Licences libres
17
Rust
18
Santé d’Internet
19
MDN
20
Navigation privée
21
Bugzilla
22
Firefox Focus
23
Mozilla Reps
24
WebAssembly
25
Hacker
26
Transvision
27
HTTPS
28
Navigateur
29
Firefox Nightly
30
Mozilla
   

@Mozinet, relu par la communauté

Crédit photo : Mozilla.

Mozilla – le mois Mots-zilla

Durant ce mois de juin, la communauté Mozilla francophone vous invite à découvrir chaque jour un nouveau mot de l’univers de Mozilla : 30 jours, 30 Mots-zilla !

Notre premier Mot-zilla a été Firefox, il est logique que notre dernier soit Mozilla.

free the lizard ! mozilla.orgCe nom a été forgé comme nom de code de Netscape, le premier navigateur web majeur commercial. Il s’agirait d’une déformation de Mosaic killer avec une sonorité évoquant le monstre reptilien Godzilla. Avant les pandas roux, les références étaient depuis Netscape aux reptiles et aux dinosaures.

Quand Netscape libère le code de Netscape Communicator le 31 mars 1998, la communauté de développeurs (dont beaucoup de Netscapers) s’organise sous le nom de mozilla.org. La suite internet libre qui sortira finalement en version 1.0 le 5 juin 2002 sera nommée Mozilla.

Mozilla 1.0

Le 2 avril 2003, mozilla.org prend la décision d’axer le travail sur un navigateur web et un logiciel de messagerie autonomes, Phoenix (Firefox) et Thunderbird. C’est la fondation Mozilla, qui a été fondée pour prendre en charge le projet Mozilla le 15 juillet 2003 à la suite du licenciement par AOL des développeurs de Netscape travaillant sur Mozilla, qui mènera à bien cette feuille de route qui sonna la fin de la suite Mozilla.

2002 : Phoenix 0.1

Depuis le renommage définitif de Phoenix, le nom officiel de Firefox, tel qu’affiché dans la barre de titre de sa fenêtre, est Mozilla Firefox. De nombreux utilisateurs considèrent qu’ils surfent dans « Mozilla » [mo.zi.ja].

Donc actuellement, Mozilla est le nom du projet Mozilla guidé par mission et conduit par une communauté de Mozilliens bénévoles et d’employés de Mozilla Corporation pour la plupart et de Mozilla Foundation – MoCo et MoFo – souvent désignées par métonymie Mozilla.

NB : Le nouveau logo de Mozilla a été dessiné à partir d’une police d’écriture créée exprès, Zilla. Le nom de marque Mozilla n’est pas devenu Moz://a !

Logo de Mozilla

Aller plus loin

Vous voilà au fait de Mozilla, notre dernier Mot-zilla pour le mois Mots-zilla.

Vous pouvez cependant continuer à suivre nos aventures sur nos réseaux sociaux :

Si vous avez envie de contribuer à un ou plusieurs domaines du projet ou de la communauté Mozilla, commencez par cette page.


Rendez-vous demain pour le récapitulatif de notre mois Mots-zilla vous montrant la diversité du projet Mozilla !


@Mozinet, relu par la communauté
◀️ Firefox Nightly Récapitulatif ▶️